Parole d'expert : rencontre avec Julien Bavant, Dupont Orthopédie

U-Exist n'existerait probablement pas sans la confiance des professionnels du secteur médical, pour beaucoup présents à nos côtés depuis le début de l'aventure et grâce à qui nos motifs prennent vie sur des prothèses. C'est le cas de Julien, un orthoprothésiste peu ordinaire, entre artiste et artisan, dont on avait très envie de vous parler !

Bonjour Julien. Peux-tu te présenter ainsi que ton activité ? 

Je m’appelle Julien Bavant, je pratique l’orthopédie depuis 23 ans, dont 18 ans à Lille. Je suis aujourd’hui applicateur au sein du groupe Dupont Orthopédie, dont la maison mère se situe à Dunkerque. Je reçois les patients, prends les moulages et les mesures, avec la particularité de faire également de la fabrication : de la prise d’empreinte jusqu’à la réalisation en passant par le suivi de l’appareillage. Cette double-casquette me permet d’assimiler au mieux les différentes étapes de production pour en déceler les éventuelles problématiques issues de l’application, de la technique ou encore de la matière.


Quelle est la spécificité de Dupont Orthopédie ?

Nous sommes un petit groupe, situé à Dunkerque, Villeneuve d’Ascq, Le Bourget et Lens. Notre spécialité est le grand appareillage, nous réalisons aussi bien des prothèses que des orthèses, pour membres inférieurs et supérieurs. La prothèse de membre inférieur concerne en grande partie la gériatrie. Quant à moi je suis plutôt spécialisé en prothèse de membre supérieur, liée pour la plupart des patients à l’agénésie ou aux causes traumatiques. 


Parle-nous un peu plus de cette spécialité ?

La majeure partie de mon travail consiste à concevoir l’esthétique de la prothèse et de la sculpter tout en faisant en sorte qu’elle soit la plus confortable et pratique possible. Dans l’approche, je souhaite ne donner aucune limite dans le choix du patient, même des idées complètement dingues. Je réalise des prothèses plutôt atypiques en travaillant des reliefs avec la matière, tout en y intégrant de la recherche en ergonomie, en confort et en technologie de l’emboîture. Je propose la customisation U-Exist mais cela peut aussi être une base inexistante ou une solution intermédiaire : je pars du motif que je prolonge dans la matière par exemple. J’aime retravailler des formes de prothèses originales qui ne ressemblent pas vraiment à un membre. Même si on doit respecter une forme de membre, ce dernier peut être détourné de manière un peu futuriste-robotique, tout en respectant les fonctionnalités.

Toutes les prothèses atypiques que j’ai réalisées sont visibles sur ma page Facebook : Ortosee

Quelles sont vos dernières innovations chez Dupont Orthopédie ?

En matière de technologie, les prothèses bioniques et les mains poly-digitales constituent la grande innovation de la décennie dans le milieu orthopédique. Toutes celles qui existent sur le marché sont proposées chez Dupont. En ce qui concerne les membres inférieurs, nous réalisons des prothèses avec des genoux à microprocesseurs (genoux électriques qui gèrent la flexion ou l’extension du genou de manière électronique). En terme de technologie d’emboîture, nous fabriquons nous-même nos manchons en transformant la matière première et en travaillant la famille des silicones. Nous avons également une fraiseuse numérique qui nous permet de fabriquer des corsets d’urgence.


Depuis combien de temps travailles-tu avec U-Exist ? 

Nous travaillons de concert avec U-Exist depuis la création du studio en 2015. Nous avons collaboré sur plusieurs projets ensemble : Simon crée des motifs sur-mesure pour les prothèses que nous fabriquons, c’est un vrai travail d’équipe. Nous avons également participé à quelques événements ensemble : défilés, exposition universelle de Dubaï… 


En tant que professionnel de santé, as-tu constaté que la prothèse pouvait constituer un moyen d’expression pour le patient ? 

Oui, tout comme pour l’orthoprothésiste ! J’en ai toujours été convaincu. À l’époque je faisais des patchworks, c’était plutôt du système D. Quand Simon a créé U-Exist, on découvrait pour la première fois des produits design et de grande qualité. U-Exist a engendré une vraie révolution dans le milieu orthopédique car ils ont permis de véritablement mettre la prothèse en valeur et de changer le regard sur le handicap. Au niveau de l’impact patient, c’est plutôt significatif.


Une anecdote à nous raconter ? 

Je me rappelle d’un très jeune garçon qui ne voulait pas du tout de prothèse esthétique car il souhaitait qu’elle ressemble à son autre jambe. Au début, nous lui avons fourni une prothèse avec un tissu provisoire en attendant la conception de son revêtement en silicone. Finalement il s’y est habitué et cet essai technique s’est transformé en coup de cœur !

Dans tout le processus, que ce soit dû à un accident ou une malformation, les patients n’ont pas le choix que de vivre avec ce handicap. Ici, c’est une partie du protocole où on leur laisse le choix. Donc c’est plutôt bien accueilli et ça aide à faire passer la pilule. Il y a beaucoup de patients qui hésitaient au départ, parce qu’en choisissant de customiser ta prothèse, tu décides de t’exposer. Mais le retour positif et plutôt fulgurant, c’est qu’ils ne sont plus abordés dans un contexte médical mais plutôt comme s’ils portaient un beau vêtement. C’est complètement débridé, aujourd’hui c’est vraiment l’aspect esthétique qui passe en premier et la prothèse en elle-même passe à la trappe. 

Une autre anecdote m’avait marqué à l’époque. C’était à l’occasion d’un événement, auquel U-exist participait. À cette occasion, j’avais conçu la prothèse d’une mannequin qui m’a littéralement sauté dans les bras pour me remercier. Sa maman, très émue, m’a alors expliqué que la découverte de la customisation de prothèse avait mis fin à 10 ans de psychothérapie pour sa fille. L’impact psychosocial a pris tout son sens, on peut dire que ça l’a sauvé.

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés

Shop now

You can use this element to add a quote, content...